Partenaires

CNRS
Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche
Ecole Centrale de Lille
Université de Lille 1
CRIStAL

« avril 2017 »
L M M J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > A noter

Soutenance de Thèse : Jean-Baptiste SOYEZ

Titre de la Thèse :

Conception et modélisation de systèmes de systèmes : une approche multi-agents multi-niveaux

Date :

Mardi 3 décembre 2013 - 10 h 00 - Amphithéâtre Lebon - Polytech’Lille

Le jury est composé de :

Directeur de Thèse : Rochdi Merzouki
Co-Directeur : Daniel Dupont,, Co-Encadrant : Gildas Morvan,
Rapporteur : Ali Charara (Heudiasy Compiègne)
Rapporteur : François Charpillet (LORIA Nancy)
Examinateur : Olivier Simonin (INSA Lyon)
Examinateur : Dominique Luzeaux (Ministère de la défense Bagneux)
Examinateur : Fabien Michel (LIRMM Montpellier)

Résumé : 

La problématique générale de cette thèse, qui s’inscrit dans le contexte du projet européen InTraDE (Intelligent Transportation for Dynamic Environment), concerne la modélisation de systèmes de systèmes (SdS). Un SdS est un système composé d’une hiérarchie de systèmes autonomes présents à différents niveaux de représentation. Cette thèse répond au besoin d’outils de modélisation généralistes respectant les caractéristiques fondamentales des SdS, en proposant un formalisme multi-agents multi-niveaux et les algorithmes qui assurent le respect de ces caractéristiques. Les principes fondamentaux qui gouvernent notre approche sont l’autonomie des agents, le principe influence/réaction, et l’intégration de différents niveaux (de représentation, d’organisation, etc.) dans un même modèle

En plus de la modélisation des systèmes complexes, cette thèse aborde les problématique liées à leur simulation, en particulier, le fait que les ressources informatiques (mémoire et microprocesseur utilisés) nécessaires pour simuler avec précision de tels systèmes sont particulièrement importantes. Nous proposons ainsi une méthodologie pour tirer partie de la capacité des simulations multi-niveaux à produire un compromis entre la précision de la simulation et les ressources informatiques utilisées.