Partenaires

CNRS
Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche
Ecole Centrale de Lille
Université de Lille 1
CRIStAL

« janvier 2017 »
L M M J V S D
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > A noter

Soutenance de Thèse : Talel ZOUARI

Titre de la thèse :

"Diagnostic des systèmes dynamiques hybrides à modes non linéaires"

Date :

Mercredi 9 octobre 2013 - 14 h 00 - Amphithéâtre Appert - Polytech’Lille

Le jury de thèse est composé de :

Rapporteur : Hassani MESSAOUD Professeur École Nationale d’Ingénieurs de Monastir
Rapporteur : Mohamed CHADLI Maître de Conférences HDR Université de Picardie Jules Vernes

Examinateur : Benoît MARX Maître de conférences Université de Lorraine
Examinateur : Faouzi BOUANI Professeur École Nationale d’Ingénieurs de Tunis
Examinateur : Noureddine MANAMANNI Professeur Université de Reims Champagne-Ardennes

Directeur de thèse : Vincent COCQUEMPOT Professeur Université de Lille 1
Co-Directrice : Moufida KSOURI Professeur École Nationale d’Ingénieurs de Tunis
Co-encadrant : Komi Midzodzi PEKPE Maître de Conférences Université de Lille 1

Résumé  :

Cette thèse concerne le diagnostic des systèmes à commutations (classe particulière de systèmes dynamiques hybrides) à modes non linéaires. Certains modes correspondent au fonctionnement normal, sans défaut ; d’autres modes représentent le comportement du système en présence de défauts capteurs, actionneurs ou composants internes. Une représentation générale multi-mode/multimodèle est proposée. Chaque mode non linéaire est modélisé sous la forme multimodèle de type Takagi-Sugeno. Cette modélisation permet de représenter un système non linéaire par une agrégation de modèles locaux linéaires. Une fonction de pondération est utilisée pour déterminer la contribution de chaque modèle local linéaire.
Une conception robuste de résidus, basée sur des techniques de projection matricielle est proposée. Cette méthode utilise uniquement les données d’entrées/sorties et les fonctions de pondération. En premier lieu, la méthode de projection des données permet de détecter et de localiser les défauts affectant les capteurs dans un mode non linéaire. En deuxième lieu, elle permet de détecter les défauts actionneurs ou les défauts internes en détectant les commutations et en reconnaissant, à chaque instant, le mode actif. Des conditions de discernabilité entre les modes sont établies et un indice de discernabilité calculé en-ligne est utilisé pour réduire la complexité de la méthode d’identification du mode courant.
Des exemples académiques sont traités tout au long de la thèse afin d’illustrer en simulation, les différentes méthodes proposées.