Partenaires

CNRS
Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche
Ecole Centrale de Lille
Université de Lille 1
CRIStAL

« avril 2017 »
L M M J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > A noter

Soutenance de Thèse : Bao An MAI HOANG

Titre de la Thèse :

"Analyse de performance d’un système d’authentification utilisant des codes graphiques"

Date :

Lundi 1er décembre 2014 - 10 heures - Grand Amphithéâtre - Ecole Centrale de Lille

Le Jury est composé de :

Directeur de thèse : Patrick Bas, Chercheur CNRS, Lille

Co-Encadrant : Wadih Sawaya, MCF, Télécom-Lille 

Rapporteurs :

Lionel Fillatre, Professeur à l’Université, Nice Sophia-Antipolis
William Puech, Professeur à l’Université, Montpellier

Membres : 

Philippe Vanheeghe, Professeur à l’Ecole Centrale de Lille
François Cayre, MCF, Grenoble

Résumé :

Nous étudions dans cette thèse l’influence d’un système d’authentification utilisant des codes graphiques 2D modifiés lors de l’impression par un procédé physique non-clônable. Un tel procédé part du principe qu’à très haute résolution le système d’impression acquisition peut être modélisé comme un processus stochastique, de part le caractère aléatoire de la disposition des fibres de papiers, de mélange des particules d’encre, de l’adressabilité de l’imprimante ou encore du bruit d’acquisition. Nous considérons un scénario où l’adversaire pourra estimer le code original et essaiera de le reproduire en utilisant son propre système d’impression. La première solution que nous proposons pour arriver à l’authentification est d’utiliser un test d’hypothèse à partir des modèles à priori connus et sans mémoire des canaux d’impression-acquisition de l’imprimeur légitime et du contrefacteur. Dans ce contexte nous proposons une approximation fiable des probabilités d’erreur via l’utilisation de bornes exponentiels et du principe des grandes déviations. Dans un second temps, nous analysons un scénario plus réaliste qui prends en compte une estimation a priori du canal du contrefacteur et nous mesurons l’impact de cette étape sur les performances du système d’authentification. Nous montrons qu’il est possible de calculer la distribution des probabilités de non-détection et d’en extraire par exemple ses performances moyennes. La dernière partie de cette thèse propose d’optimiser, au travers d’un jeu min-max, le canal de l’imprimeur légitime afin de maximiser ses performances d’authentification tout en envisageant une attaque au pire des cas de la part du contrefacteur.